Endométriose et grossesse : quels risques ?

Grossesse et endométriose

Une femme enceinte qui souffre d’endométriose présente un risque accru de complications aussi bien durant la grossesse que lors de l’accouchement. Une étude scientifique publiée dans la revue médicale Fertility and Sterility aborde cette question. Il en ressort que la naissance de prématurés et les cas de césarienne sont particulièrement élevés quand l’endométriose se manifeste pendant la grossesse.

Est-il possible de tomber enceinte quand on souffre d’endométriose ?

Il faut être réaliste : il est plus difficile de prendre une grossesse quand on souffre de l’endométriose. En effet, il est possible que les tissus cicatriciels obstruent les trompes de Fallope et empêchent la rencontre des ovules et du sperme.

Mais cela ne veut pas dire qu’une femme atteinte d’endométriose ne peut pas tomber enceinte. Il existe des cas où des patientes ont mis au monde des bébés. Il faut simplement reconnaître qu’à cause de la maladie, elles ont besoin de plus de temps afin que toutes les conditions soient réunies pour enfanter sans risque. Certaines choisissent l’option de la fécondation in vitro (FIV) qui semble être la plus simple dans le contexte de l’atteinte pathologique. Mais le taux de réussite est assez modeste.

Les femmes craignent plus l’endométriose pelvienne profonde sur la fertilité puisque la maladie est à un stade avancé. Les complications sont légion, la santé des patientes étant plus fragile.

Plus de cas de naissances prématurées et de fausses couches constatés

Des études ont été menées par les scientifiques pour se faire une idée plus précise de l’impact de l’endométriose sur la grossesse. Une équipe a été mise sur pied au niveau du département d’obstétrique et de gynécologie de l’Université Thomas Jefferson située aux États-Unis pour passer au peigne fin la situation de plusieurs femmes atteintes d’endométriose. Après les observations de ces chercheurs, on retient que les femmes atteintes d’endométriose présentent un risque plus élevé d’être confrontées à des naissances prématurées, à des fausses couches, à des césariennes et au phénomène de placenta praevia, c’est-à-dire de mauvais placement du placenta dans l’utérus, ce qui peut provoquer d’importantes pertes de sang durant la grossesse et l’accouchement. Les conclusions de ces travaux scientifiques mentionnent que l’endométriose puisse être associée à des poids de naissance faibles.

Les récentes études réalisées sur l’endométriose et la fertilité indiquent que lors de la grossesse, il peut avoir une hémorragie interne du fait de la maladie. Toutefois, cela a été remarqué dans des cas rares et isolés.

Certains scientifiques estiment que les complications sur la grossesse qui sont citées ne viennent pas directement de la maladie. Il s’agit plutôt de la conséquence des chirurgies qui ont été faites en amont. Par exemple, ces opérations peuvent toucher la partie terminale du rectum ou le vagin. Dans un tel cas, il n’y a pas d’autre choix que de réaliser une césarienne. Car si on tente un accouchement par voie naturelle, il peut se produire un déchirement du périnée. Cela laisse très souvent de sérieuses séquelles, comme de l’incontinence anale et urinaire.

On note également que l’endométriose peut modifier la physiologie de la femme, une situation pouvant interférer avec divers stades de la grossesse.

La bonne nouvelle dans cette grisaille négative est qu’il n’a pas été observé d’association entre l’endométriose et l’hypertension gestationnelle ou la prééclampsie.

La grossesse est-elle un remède contre l’endométriose

Certaines réflexions avancent que la grossesse est un remède contre l’endométriose. Cela est compréhensible, car lorsque la femme est enceinte, les saignements menstruels cessent. Les manifestations de la maladie ont tendance à s’estomper. Mais est-ce que cela veut dire qu’on en est guérie ?

Il ne faut pas se leurrer ! L’endométriose est juste à un état dormant pendant la grossesse. Après l’accouchement, la pathologie refait surface et reprend son évolution naturelle. Si rien n’est fait pour la contrer, elle peut être plus virulente qu’avant. C’est pourquoi il est recommandé aux femmes atteintes d’endométriose qui ont pu tomber enceintes de ne pas se laisser endormies par l’état dormant de la maladie. Elles gagnent plutôt à réfléchir sur la bonne conduite médicale et sociale à tenir pour ne pas que la pathologie rende difficile leur accouchement ou laissent de graves séquelles. L’assistance d’un professionnel de santé est conseillée pendant toute la période de la grossesse.

Notez que l’état dormant peut persister durant plusieurs années en cas d’allaitement prolongé et de prise de pilule contraceptive sans règle.

A lire aussi :

Articles recommandés